Jodhpur  la ville bleue 1 006 652 hab état du Rajhastan
 
 les maisons de la vieille ville sont peintes de cette couleur. Le bleu indiquait que ces maisons appartenaient à des membres de la caste des Brahmanes. Le bleu  protége de la chaleur et repousse les moustiques

 
1120 km

le 17/12/2010

Mheu mais c'est qu'il fait froid !
 
J'ai un bus à 6h reste encore du temps pour que le jour se lève, je connais vaguement le chemin jusqu'au bus, j'arrive bien trop tôt.
 
4 hommes ont allumé un feu pour se réchauffer, un feu de pneus ! je n'hésite pas longtemps à me joindre à eux, je tousse, ça pue mais ça réchauffe, ils sont emmitouflés dans leurs couvertures , moi dans ma polaire avec écharpe, j'ai un peu la crève.
 
Le bus express grand tourisme affiche fièrement ses plaques qui ne lui donnerait pas une poussière d'étoiles au classement des poubelles sur roues, mon dos privé de graisse absorbe chaque barre métallique, 10mn après le départ tout le monde dort  sous la couverture et moi j'essaye de me protéger des courants d'air qui s'engouffrent dans les vastes ouvertures des portes et fenêtres
 
Ne jamais oublier de prendre un bonnet 
 
Jodhpur encore une ville un peu étouffante, elle est  surplombée d'une immense citadelle, bruits de klaxons incessants, pollution.
 
A peine le sac posé, je me balade dans les innombrables rues de la vieille ville, les gens sont souvent étonnés de me voir surgir dans leur cours
car les rues sont le plus souvent sans issue
 il y a des escaliers, des rues en pente , des vaches, des maisons bleues, c'est vraiment très agréable de s'y promener. Namasté, namasté on m'adresse des sourires, on réclame des photos.  Merci de votre accueil namasté !
 
A force de fouiner, Je me retrouve devant une immense porte avec juste un passage style chatière, je vois un hindou s'y faufiler je décide de le suivre car je cherche un passage pour atteindre la citadelle, plus simple aurait été de suivre la route en prenant un rickshaw mais le sport me manque il faut que je crapahute un peu.
L'homme a disparu !  après 10 mn de marche, j'aperçois une longue muraille, le fort ne m'est pas accessible sauf si je passe dans des chemins en contre bas jusqu'à une petite rivière et remonte quelques pentes rocailleuse et petits rochers à escalader, c'est tout bon.
 
Après  30mn de marche je trouve un jeune homme qui m'indique le bon chemin, étonné de voir un touriste en ces lieux, il me demande par où je suis passée
- Par la porte
Ma réponse semble bien peu convaincante
 
 Au loin, des enfants se baignent dans une rivière, des femmes lavent le linge.
 
j'espère qu'il n'y a pas de cobras car le chemin est bien herbeux, en fait je n'ai aucune idée de l'habitat de ces bestioles.
 
je reste bien sur le petit sentier, j'escalade un rocher et me retrouve presque nez à nez avec une meute de chiens errants qui ont peur et s'enfuient au lieu d'attaquer, merci pour cette attitude non-violente. hi hi !  petite sueur par anticipation
 
Ensuite j'arrive au pied de la citadelle , j'escalade un mur et me trouve cette fois-ci nez à nez avec un policier ' welcome' me dit -il je lui réponds Namasté
 
Visite de la citadelle  l'entrée coute 5 € pour les étrangers et 1/10 d'€ pour les locaux, c'est vraiment abuser, bon cela valait la peine, finalement je n'ai aucun regret, splendide.
  Je repars à pied , les hindous préfèrent les taxis, ils sont nombreux à visiter la citadelle, et c'est la cacophonie des rickshaws, des motos, des bus, des voitures


Je suis à 4km de la ville, mais par chance on m'indique un escalier qui me fait aboutir rapidement dans le quartier bleu
 
Il y a une fête avec distribution de riz en sauce, vacarme de la musique à fond mais bien sympa, du monde partout pas 50 cm pour respirer, une mamie se colle à moi et en profite pour me peindre l'avant bras au henné, pendant qu'une vache me lèche les mollets à travers les pantalons.
 
Un ado très fier de son clairon à la mode de chez eux s'occupe lui des mes tympans
Et je m'accroche à mon APN pour faire quelques superbes photos, à la demande d'une bande de sexagénaires édentés
 
Inde je t'me

Je ne parle pas des bouses de vaches, des rues inondées par les refoulements d'égouts, des gens qui jettent leurs déchets partout,
des odeurs de pisse dans certaines ruelles.
 
Je fais facilement abstraction de la crasse due aux structures inexistantes, mais celle causée par l'homme me révolte. Pas facile le passage de la feuille de bananier ou de maïs au papier, ils ont gardé l'habitude de jeter, les vaches et chèvres se chargeant du nettoyage ( c'est du moins mon explication ...)
 
Sur la photo les buveurs de Tchai ont un gobelet plastique qui finira sur le trottoir, les beignets sont vendus dans du papier journal qui lui aussi sera laissé sur place, le vendeur ne prend pas la peine de mettre un carton en guise de poubelle, dans le nord de l'Inde je n'ai jamais vu de balayeurs de rue dans les villes. Pas de poubelles dans les rues, je remplissais mon sac de mes déchets et j'ai parfois surpris le regard désapprobateur des hindous qui devaient juger mon attitude sale, autre culture ...
 
Comme tous les soirs je fais le tri dans mes photos que je visualise, supprime, recadre, etc sur l'écran de l'APN 
et ce soir dans l'euphorie peut être de cette belle journée, et l'empressement devant l'heure tardive je fais une fausse manip et vire les 1200 photos du Rajasthan
j'en suis malade
Mais alors les photos des monuments sur ces premières pages?  bravo pour cette pertinente interrogation qui me donne l'occas de remercier les
2 routards qui me les ont cédées
 






Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement