NEW-DELHI 17 millions d'habitants

 
  le 11/12/2010

 J'arrive à Delhi avec 2 jeunes français Cécile et Jérôme rencontrés à Roissy, mon souhait était d'utiliser les transports collectifs (bus de ville) dés mon arrivée à Delhi mais finalement  partager les frais d'un taxi était plus simple 

Nous prenons un pré-payé (350 rps 6 € ), et nous voila sur les grands boulevards de Delhi, des gamins en haillons tendent la main à chaque arrêt, il est 11h30 le trafic est intense, cela bouchonne pas mal jusqu'au quartier populaire de Paharganj, c'est là que se trouvent regroupées les guesthouses les moins chères, ambiance super sympa des quartiers routards.
 
je ne sais pas si  mon habitude des voyages joue un peu mais je me sens tout de suite à l'aise sur le sol indien


Pahargangh (quartier des hotels routards)                                Le massala tchaï
 
Cécile est impressionnée par le bruit, la foule, la crasse environnante
Pour Jérôme, c'est le deuxième voyage en Inde, il a le souvenir d'un hôtel sympa, mais ce quartier est un vrai labyrinthe, les rues y sont minuscules et nombreuses,   après une heure de recherches infructueuses, nous prenons le 1er hôtel venu, 400rps et il m'assure que pour Delhi c'est un bon prix
Nous mangeons un thali dans un petit restau, riz avec différentes sauces à vous arracher les tripes
 
Nous avons hâte de quitter la grande ville, mais n'ayant pas réservé de train nous voila bloqués, grosse déception.
Festival de Shiva les trains sont full jusqu'au 8 janvier et cela quelque soit la classe choisie, nous vérifions l'info sur internet en effet pas de place et cela dans toutes les directions au départ de Delhi.
 
Les rabatteurs de tout poil s'en donnent à coeur joie car nous ne sommes pas les seuls à faire les agences de voyage pour sortir de la capitale
 
 Je me laisse, par facilité mais à tort, je le sais, guider par Jérôme.
Il faut dire que mon anglais est basique et que dans une telle situation, nos interlocuteurs s'amusent à nous embrouiller. 
ça pue l'arnaque mais nous nous sentons un peu impuissants.
 
je leur propose de prendre un bus pour aller à Jodhpur, mais Jérôme dit que c'est impossible, pas de station dans le coin et les bus sont trop inconfortables pour lui, il mesure un peu plus de 2 m, et là commence la galère et la joie des rabatteurs qui nous racontent pleins de bobards et que nous ne croyons bien sûr qu'à moitié.
 
Les propositions sont de plus en plus démentes, les prix grimpent
le prix d'une location d'auto est multiplié par 10
et s'arrache dans l'h qui suit
 
 Finalement nous nous décidons pour un bus soit disant super que nous prendrons à 6h du mat à quelques pas de l'hôtel c'est la solution la moins chère 
 Sauvés, Jérôme m'assure que c'est la bonne solution.
heu m'est avis que le prix que l'on paye n'a rien à voir avec le prix payé par les autres occupants de ce bus crado et pas confortable
Finalement on a eu notre local bus à prix super luxe
 
Après vérif il s'avère que l'on ait payé plus du double, mais il fallait partir et puis c'est le début du voyage et je ne me prends pas la tête pour si peu
il fait super beau et je suis en pleine forme après avoir avalé un fried rice et éteint le feu avec un cola
 
Cécile a préferé compter les grains et repart quasi à jeun
Jérôme s'est gavé et somnole dans le fond plié en deux, ne sachant plus où poser ses longues jambes.
Tout le monde est heureux  ... 
 
la solution la plus simple je le sais aujourd'hui était de sortir de Delhi en prenant le train en 2ème classe , classe basique où il n'est pas utile de réserver, j'ai de gros doutes sur l'expérience de Jérôme . InchAllah !
 

 







Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement